21 juin 2008

Les moustiques ...

Comme souvent, ce petit post m'a été inspiré par ma revue de presse quotidienne. Amis surfers et photographes, lorsque vous êtes à l'eau, je suis certain que beaucoup ont déjà pensé à ce qui se cachait sous cette masse sombre et dense. Tout plein de bêtes bizarres et menaçantes, n'en doutez pas. Comme toute une très large génération, beaucoup ont été marqués par le premier blockbuster ricain, les "Dents de la Mer" de Steven Spielsberg (1975). L'aileron d'un requin est devenu synonyme de danger mortel pour le baigneur, plongeur... On a peur de ce que l'on ne connaît pas et on nous fait une petite piqûre de rappel de temps en temps avec un bon navet à la TV ou une news du journal sur une attaque quelque part dans le monde. Il m'est arrivé, comme a pratiquement chacun d'entre vous j'en suis sûr, quelques expériences (souvent fort ridicules ou frisant l'inavouables) dans le domaine.

Dans la digne lignée du "c'est pas la petite bête qui va manger la grosse ! ", il est clair qu'un film genre" La Vengeance du Moustique" ferait moins frémir que notre requin géant de "Jaws". Pourtant, savez vous que cette minuscule bestiole, en transmettant le palud (malaria), tue une personne toutes les 30 secondes ... On ne compte pas les autres maladies aussi potentiellement mortelles comme la fièvre jaune, la dengue et j'en passe. C'est vrai que ce n'est pas sanguinolent ou violent une attaque de moustique, c'est pas bon pour la télé, la femelle qui transmet le palud ne fait même pas de bruit (bzzzz, bzzzz, bzzzzz). Coté photo, regardez l'un des derniers numéro de VSD par exemple, on y voit une double page avec une jeune surfeuse qui s'est fait bouffer le bras et qui retourne à l'eau. Image forte, courage de la jeune fille, on a un truc à raconter qui va captiver le lecteur, le toucher. Dans les chaumière on a peur, on se dit, "faut les tuer tous ces requins", ou encore "va falloir trouver un camping avec piscine pour les gamins cet été en Vendée". Essayer de faire la même avec le moustique, il a même pas de dents ce blaireau! Statistiquement, le moustique est pourtant des milliers de fois plus dangereux que le requin ...

Partir en trip sous les tropiques, ça fait rêver tout le monde et les photographes les premiers. Mais, comme pour un tatouage tribal sur le biceps, même si ça fait baroudeur de revenir avec un petit palud, sachez que vous ne vous en débarrasserez pas facilement de la bestiole, avec en bonus quelques bonnes poussées de fièvre à vous faire regretter de pas avoir acheté un moustiquaire à 15€. Regardez les cartes ci-dessus (palud à g., denfue à d.), certaines des meilleures zones de surf sont touchées, Indo, Amérique Centrale... ! A ce propos, je me souviens d'un trip lu dans Surfer mag où Mark Richards, l'un des grands noms du surf OZ, partait pour la première fois en boat trip aux Mentawais. Les autrs riders racontaient que le gars flippait comme un dingue et se foutaient de sa gueule. Pour lui, il n'était pas question de mettre un pied sur la terre ferme, pas question de passer une seconde sans moustiquaire dès le couché de soleil, manches longues, chaussettes, pantalon dans la chaleur moite des tropiques ...
Tout ce long blabla pour dire que des chercheurs ont trouvé de nouvelles molécules bien plus efficaces que le DEET utilisé actuellement pour repousser les moustiques (voir article du Figaro ici). Donc d'ici 5 à 6 ans, on pourrait avoir un nouvel Insect Ecran ou un 5 sur 5 plus efficace pour glander sur la plage sous les sunlights des tropiques. Vous pouvez écouter quelques podcasts informatifs sur le paludisme en suivant ce lien


Crédits photos - image 1 (© Universal Studio 1975) - image 2 (©US Fed. Gov.) - image 3 (crédit non précisé par le journal mais j'aimerais pas être la main de droite !)

Promis, je retourne à des sujets photographico-surfistique très bientôt.

7 commentaires:

Julien Gazeau a dit…

Et bien moi qui part en Indo prochainement, je suis encore plus rassuré de lire ton article!!! lol

Pas simple de se protéger de ces petites bêtes!

Kristen Pelou a dit…

Un homme averti en vaut deux !

Arnaud a dit…

Hello,
Ayant vécu aux Antilles et ayant fait quelques trip en Afrique, je dois dire que c'est un des trucs qui m'a fait et me fait le plus flipper.
Au début de chaque voyage, c'est la paranoïa complète...mais après quelques temps, on adopte vite les bons réflexes (traitement des vêtements avec répulsif, manches longues et pantalon en fin de journée là ou le moustique est le plus actif, répulsif sur toute les zones non couvertes, moustiquaire et climatisation à donf) et après quelques temps, on fini par s'y habituer. Mais attention à rester vigileant, une seule piqûre suffit !
Le problème avec le palud reste le traitement préventif..faut il le prendre ou pas. En général sur des courtes durées, oui, sur des séjours plus long (3 mois et plus,...) c'est plus délicat parce que ces satanés traitements bousille l'organisme :(
Dernier conseil qui peut rassurer, avoir toujours une boîte de traitement curatif pas très loin de soi ;)

Julien Gazeau a dit…

Pour les longs séjours, on m'a conseillé de la doxycycline contre le paludisme, il paraitrait que c'est moins agressif envers l'organisme!
Mais bon, la meilleure prévention est d'éviter les piqures...

Anonyme a dit…

Ups et moi qui pensait partir à Mayotte tranquille !
N'empêche, les bzzzzz insistants sont bien plus stressants que l'excitation de voir apparaître le Seigneur des mers (qui lui est en voie de disparition..)
S.

Kristen Pelou a dit…

La solution la plus safe est de rester chez soi. Moi j'ai annulé tous mes trips et réservé au camping de la Bourboule en août ...

Anonyme a dit…

t'as raison vais faire comme toi, pis comme ça on polluera moins ;o)))
S.