16 mai 2008

Les dessous d'un trip Part I : Les Açores

photo de windsurf, photographe aux Açores, Kristen Pelouphotographe photo de surf aux Acores, Kristen Pelou photo de windsurf, photographe aux Acores, Kristen Pelou
Lorsque l'on raconte une histoire, un trip, on est pas obligé de toujours raconter la vérité, on romance souvent pour rendre l'aventure plus intéressante à lire, pour faire en sorte de sortir du traditionnel report chiant "on est allé sur cette île, y'avait des vagues de fous, on était contents alors on a bu des bières..." . Ca c'était pour le texte. Coté images sans lesquelles un bon mag de glisse serait invendable, ici aussi on peut tricher et les lecteurs assidus ou pointilleux l'auront sans doute déjà remarqué. Certains articles sont ficelés en une heure. Un rayon de soleil, trois vagues sous des angles différents, un off the lip, les riders qui rigolent en sortant de l'eau et le tour est joué. On a sauvé les meubles et dans le mag, les lecteurs n'y verront que du feu. Ils ne sauront rien des trois semaines de flat que l'on a du subir pour scorer ce mini mini minimum syndical, que le super line-up qui fait la double page d'ouverture a été shooté avec une série sortie de nul part, j'en passe et des meilleures.

Aux Açores, nous étions partis pour un mois (février) faire un trip en planche "commandé" * par le magazine Wind. Il y avait deux potes de Bretagne, Fred Jezequel et Hervé Leroux ainsi que le sieur Yann Sune. Une bonne équipe, une destination sympa au milieu de l'Atlantique (= vagues à gogo), que du bon pour scorer un reportage de dingues. Vous vous en doutez, la réalité fût toute autre.
La réalité c'est qu'on a réellement failli devenir fous sur cette île, de la flotte tous les jours, on pourrait même dire, les quatre saisons dans la journée. Le surf quotidien nous permettait de relâcher la pression mais coté vent, pas un souffle, rien, nada, avant pratiquement la troisième semaine. Alors dans ces conditions, on a beau avoir un mag prêt à publier nos images, encore faut-il lui ramener des images pour au moins compenser les frais. Pression, pression... Donc quand je vous disais en intro qu'on peut sauver un trip en 1 heures, nous avons sauvé celui ci, et nous par la même occasion, en quelques jours de bon vent et aussi plusieurs centaines de kilomètres en Xsara Picasso (je vous raconte pas la gueule du toit du bolide à l'arrivée)...

photographe photo de surf aux Acores, Kristen Pelou photo de windsurf, photographe aux Acores, Kristen Pelou photo de windsurf, photographe aux Acores, Kristen Pelou

Malgré nos très nombreuses péripéties, ce voyage reste un excellent souvenir pour moi. J'aimerais retourner aux Açores. Qui sait, la prochaine fois, ce sera peut-être en bateau en rentrant des Antilles ...

* Reportage "commandé" dans la glisse, ça veut dire que tu soumets ton idée à la rédaction du mag, ils te donnent leur avis et ensuite tu pars là bas en tachant de scorer de bonnes photos. Chaque trip est un pari, tu peux gagner et rentrer confortablement dans tes frais, mais aussi perdre...

Vous pouvez lire la petite histoire de ce trip à l'adresse suivante :Windsurf aux Açores - L'île des vautours
texte & photos : kristen pelou

Une dernière ligne pour la route, les lecteurs germanophones peuvent télécharger un pdf de ce trip sur 5 pages en suivant le lien suivant : Voyage aux Açores

5 commentaires:

Bloganono a dit…

ralala le métier d'escroc, j'y crois pas...enfin si c'est pour la bonne cause ;)

Anonyme a dit…

Magnifique!!
Je connais bien ses îles pour y faire des sorties whale-watching chaque année..
Tout ça pour dire que je savais plus si t'étais photographe ou agent IATA tellement tu as su décrire parfaitement l'ambiance et ce qu'on y trouve en plus de ramener d'excellents clichés en 4 coups de vents..

ps, pour l'anecdote Açores veut dire Autours, ils ont confondu l'Autour des palombes avec un Milan noir ;)
S.

Kristen a dit…

Autour ou Vautour ?

Anonyme a dit…

Autour. (Autour des palombes, c'est un rapace qui ressemble à l'épervier).
A+ S.

Kristen a dit…

D'accord, donc tout mon article qui reposait sur les Vautours tombent à l'eau :-). Lorsque notre pote local nous avait expliqué l'origine du nom, nous avions compris vautours... Quel ignare je fais !
Remarque l'ile des rapaces, c'est pas mal non plus.
Merci pour l'info