31 janvier 2008

Tarifs de publication : c'est une blague ?!!

photographe  Kristen Pelou, le dollar Hong Kong
Je me délocalise en Chine dès la semaine prochaine ! En France, je me coûte trop cher...
La "blague" de ce début d'année fait plutôt rire jaune. Un magazine avec lequel j'avais travaillé dans le passé vient de me faire passer leurs "nouveaux" barèmes de pige. A l'époque (il y a 5 ou 6 ans), les tarifs étaient relativement honnêtes comparés au tirage du magazine. Aujourd'hui, après changement de rédac chef (2 ou 3 fois), et peut être un rachat, les prix laissent plutôt rêveurs. Je vous laisse le soin d'y jeter un oeil ci-dessous ...

Price arrangements are made per article, count from the first page of the article in the magazine.

¼ page of text and/ or photo’s € 20,-
½ page of text and/ or photo’s € 30,-
1 page of text and/ or photo’s € 60,-
2 page of text and/ or photo’s € 75,-
3 page of text and/ or photo’s € 115,-
4 page of text and/ or photo’s € 125,-
5 page of text and/ or photo’s € 150,-
6 page of text and/ or photo’s € 160,-
8 page of text and/ or photo’s € 175,-

La couverture est payée 150€. Paraît que ce serait à cause du manque d'annonceurs, de l'économie qui va mal, que ça les arrangent pas, à cause de l'argent ...
En attendant, le rédacteur qui propose ce deal touche un salaire, lui ! Personnellement, je n'oserais pas proposer ce genre de tarifs pour la publication d'un reportage qui représente un investissement réel en temps (le temps sur place mais aussi celui pour préparer le reportage puis trier les images et écrire un article) et en argent (déplacement, logement, investissement matos). Ah oui, j'oubliais l'argument décisif, c'est génial d'être photographe de surf, la belle vie, la plage, y paraîtrait même que la misère est moins triste au soleil. Dans ce cas !
J'espère en tout cas qu'il y a moyen de s'arranger lorsque le reportage est très original et qu'ils veulent le publier à tout prix. En revanche, sans négociation possible, ces tarifs étant incompatibles avec l'exercice pérenne de la profession de photographe, ils ne risquent pas de recevoir de nouvelles photos de ma part...

5 commentaires:

julien a dit…

Tu sais, il y a un mag français de body qui pratique un peu près les mêmes tarifs...

Kristen Pelou a dit…

Détail intéressant, ça donne envie de faire du body...
Pou voir le coté positif, les revenus d'un photographe sont la somme de plein de petites somme. Avec des barèmes pareils, il faut juste beaucoup plus de clients...

Thierry a dit…

Ah Ah Ah. Un canard étranger ??? un canard camembert, un canard de glisse. Le métier de photographe change, je ne vais pas te l'apprendre, le crowdsourcing, les agences lowcost etc.. et surtout les éditeurs qui ne lisent même pas leur propre journal mais comptent juste les pages de pub. si entre deux pages d'annonceurs il y a un peu de texte et de la couleur, ca leur va toujours...

tisto a dit…

Je suis en train de découvrir en effet que gagner de l'argent dans le milieu de la glisse n'est pas évident... Dorénavant, il faut se reconvertir paparazzi pour vivre pleinement de la photo...

bloganono a dit…

Le pire c'est qu'il y aura toujours un photographe (débutant ?) prêt à travailler pour ce prix.
Malheureusement, le métier de photographe tend à disparaître au détriment de la qualité des images.
Internet et le numérique ont tués une partie de l'industrie photographique mais aussi celle de la presse écrite...faut faire avec :(